×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 44

Ambronay

Les ANNÉES 40 | 41 | 42 | 43 | 44

Ces pages sont de Fabien Tenand

1940

Camp Espagnol Abergement de VareyLe 6 juin, le 140ème Centre de travailleurs Etrangers d'Ambronay change d'appellation, pour devenir le 144ème Groupement d'Etrangers. Des réfugiés espagnols logent dans les baraquements et travaillent dans des fermes et coupes de bois.

 station magasin 23

La débâcle de l'armée française est totale, le camp militaire d'Ambronay, appelé Station Magasin EST est abandonné. Il y a un stock important de nourriture et de nombreuses vaches sont parquées dans des prés. Elles ne font que meugler, mais il n'y a personne pour les traire. Nombre d'habitants viendront, les soulager, mais aussi récupérer le lait. Malheureusement de nombreuses vaches vont périr. Les habitants, viennent récupérer de nombreux stocks de nourriture, mais aussi de matériel.

Rapidement, à Ambérieu en Bugey, chef lieu du canton, une commission spéciale de perquisition est désignée pour rechercher, chez les habitants des communes du canton, toutes marchandises, bétails, et  tout ce qui aurait pu dissimuler, de provenance inconnue, ou de la Station-Magasin à Ambronay.

Ces perquisitions sont fructueuses à Ambronay-Bourg, Coutelieu, Championniére, Genoud, Longeville, Vorgey, et autres hameaux.

Au Mollard chez Baptiste Tenand, des boites de conserves avaient été enterrées dans la cave de la maison de l’Abbé Bouguet. Ces marchandises sont restituées en présence de membres de la commission de perquisitions et de gendarmes. Baptiste garde le chien que son fils Alfred avait ramené lorsqu’il était allé traire les vaches abandonnées. C’est un lévrier il l’appelle alors, Daladier.

Le 18 juin le personnel de l’usine de la S.N.C.A.S.E. (Société Nationale de Construction Aéronautique du Sud-Est) reçoit l’ordre de se replier. Laissant quelques gardiens volontaires avec mission d’assurer la surveillance des lieux et la protection du matériel. Parmi les gardiens, se trouvent Laurent Durand "Le Gros Durand" de Douvres, Honoré Quinson, son beau frère Jules Blanchet d’Ambronay et Jean Léty qui récupèrent des armes et leurs munitions. Elles sont cachées, malgré les risques à Douvres, chez Honoré Quinson et Laurent Durand.. Heureusement, car la ferme de Jules Blanchet est fouillée à deux reprises par les gendarmes qui ne trouvent rien. En 1943, ces armes et munitions seront confiées au Maquis de l’Ain ; Georges Juhem viendra les récupérer en camion, chez le "Gros Durand", à Douvres.

Le 5 août 1940 le général de l'armée de l'Air commandant la 14° Région aérienne, informe le Sous-Préfet de bien vouloir aviser , à la diligence des autorités civiles et de la population des villes et villages situés à proximité des terrains militaire, d’avoir à remettre à l’autorité militaire la plus proche, ou à défaut à la gendarmerie de leurs localités et au plus tard avant le 16 août, les matériels et objets de toute nature de l’armée qui seraient pour une raison quelconque en possession des habitants. Note expédiée aux mairies des cantons d’Ambérieu en Bugey et Lagnieu aux brigades de gendarmeries d’Ambérieu en Bugey et Lagnieu. (A D de l’Ain 1 Z 520).

En exécution des instructions en date du 16 novembre 1940 de Monsieur le Général commandant la 7° Région une perquisition a lieu au domicile de Jules Blanchet habitant à la Championnière, hameau de la commune d’Ambronay. Et de Mme Courbet Félicie née Guyon, habitant la commune voisine de l’Abergement de Varey. Cette mission est dirigée par le commissaire de police Spéciale en résidence à Bourg en Bresse en vue de trouver tous tracts, documents ou brochures pouvant servir à la propagande communiste.

La fouille ne donne rien, chez Jules Blanchet alors que deux brochures intitulées : « l’URSS et la Paix» et « Peuple voici les traites » sont découvertes au domicile de Mme Courbet. Les renseignements concernant Mme Courbet indiquent qu’elle effectue une propagande active, parmi les membres du C.T.E. (Compagnie de Travailleurs Étrangers) regroupant des hommes, réfugiés espagnols. Parmi eux, CARA Luis, HUROZ Joaquim, GUZMANN Félix travaillent sur un chantier de carbonisation, exploitant une coupe forestière à l’Abergement de Varey et dans les communaux d’Ambronay sous le régime de l’Office National des Eaux et Forêt.

Le commissaire Spécial préconise à M° le Préfet de l’Ain l' internement de Mme Courbet dans un centre de séjour surveillé. Elle est arrêtée à son domicile le 23 janvier 1941, par des gendarmes venus de Bourg.

1941

Le 15 février 1941, le Préfet de l’Ain prend un arrêté d’assignation à résidence, à l'encontre de Mme Courbet, au centre Spécial du Rieucros, par Mende (Lozére): en vertu du décret loi du 18 novembre 1939, relatif aux mesures à prendre à l’égard des individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique.

Rieucros 1      Brens  Le 20 février 1941, elle est transférée au centre de séjour surveillé de Rieucros (Lozére), puis au camp de Brens (Tarn). Libérée le 7 juillet 1942, elle reste en  résidence surveillée à l’Abergement de Varey

.

1942

Le maréchal Pétain est en visite dans l’Ain, il se rend à Ambérieu en Bugey le 20 septembre1942. A cette occasion de nombreuses personnes jugées dangereuses, sont arrêtées et placées en surveillance dans le camp militaire de Leyment pendant trois jours et libérées, après le départ du maréchal. En particulier celles, répertoriées comme communistes. Elles sont une trentaine, Jules Blanchet en fait partie.

Après l’invasion de la zone Sud, le 11 novembre 1942, une unité de soldats allemands s’installe dans le château de Sylans.

Deux foyers de Résistance se cristallisent autour des personnalités, Jules Blanchet et Raymond Deshuelles.

Jules Blanchet, responsable du parti communiste de la région d’Ambérieu en Bugey, forme un groupe de résistants F. T. P. composé de nombreux cheminots.

Raymond Deshuelles est un prisonnier évadé arrivé à Ambronay en octobre 1940. Il s’installe et travaille à la Station-Magasin. Il rentre en contact avec la Résistance notamment Gaston Bruchére d’Ambérieu en Bugey. Il a pour mission de prendre contact et de former une sixaine, il a pour nom, "Florent".

Les familles, Mange Marius et son fils Loulou, Baptiste Tenand et ses fils Élie, Louis, Henri et Alfred, rejoignent l’A.S. (Armée Secrete) de Douvres, dirigée par Laurent Durand dit le Gros.

 

☝︎

1943

Le 13 janvier 1943, le Service Régional de la Police de Sureté de Lyon, accompagné par des gendarmes de la brigade d’Ambérieu en Bugey, viennent perquisitionner la ferme de Jules Blanchet. Il ne trouve aucun document compromettant. Il est pourtant arrêté, suivant le mandat d’arrêt du procureur de Saint Julien en Genevois, ainsi que d’autres personnes d’Ambérieu et de Saint Rambert:Jules Blanchet, Jean Favro, Édouard Cohendoz, Fernand Kittler, Francisque Monduel, Émilien Soussille.

Ce mandat d'arrêt et lié à l'interpellation le 20 décembre 1942, prés d'Annemasse, par la police de Jean Vigne, domicilié à Alés (Gard). Il est un agent interrégional des F.T.P.F. (Franc Tireur Partisan Français) de la Zone Sud. Il a sur lui des documents ayant un rapport avec la reconstitution du parti communiste, notamment des biographies de membres (sans indication de nom ni d'adresse) pour la plupart de la région d'Ambérieu en Bugey. Elles sont suffisamment détaillées pour permettre à la police d'identifier les personnes. 

Arrêtés, ces hommes sont conduits à Belley, avant d’être transférés à Saint Julien en Genevois où le juge instruit l’affaire. Ils sont insculpés d’activité communiste. Le 8 février, le Préfet de l’Ain prend un arrêté d’internement à l’encontre de toutes ces personnes arrêtées, qu’il transmet au juge d’Instruction de Saint Julien en Genevois. L’affaire étant instruite, le juge d’Instruction, par l’ordonnance du 12 février, renvoie les prévenus devant la Section Spéciale de la cour d’Appel de Chambéry pour y être jugés, le 5 mars 1943.

Certains sont condamnés de 5 à 10 ans de prison avec une amende. Les autres sont relaxés comme Édouard Cohendoz, Emilien Sousille et Jules Blanchet par manque de preuves; Jules Blanchet a pu bénéficier d’un certificat en sa faveur, établi par monsieur Ribot François maire d’Ambronay.

Jules Blanchet, Emilien Soussille et Édouard Cohendoz ignorent que le courrier les concernant a été égaré entre le procureur de Saint-Julien et la section spéciale de la cour d'appel de Chambéry. Ils sortent libres du tribunal et rentrent chez eux. Jules Blanchet rejoint la direction régionale des F.T.P. à Lyon et devient le "capitaine Gérard".

eysses photo vue air gdvue aérienne localisations

Les autres sont transférés à la centrale d’Eysses. Jean Vigne est fusillé le 23 février 1944, après une tentative d’évasion collective (12) de la centrale d’Eysses.Le 30 mai 1944, tous les autres détenus sont remis aux autorités allemandes du S.T. de Toulouse, dirigés sur Compiègne, pour y être déportés le 18 juin 1944 à Dachau. Le camp est libéré le 1er mai 1945 par les Américains.

Eyjaux 11220987961 CampDeSaint Sulpice La Pointe1

Quant à Édouard Cohendoz, les gendarmes de la brigade d’Ambérieu en Bugey, viennent sur son lieu de travail, au dépôt de la gare d’Ambérieu en Bugey le 7 Eyjaux 1avril 1943. Ils lui font part de la notification de l’arrêté du Préfet de l’Ain, prescrivant qu’il est astreint à résider dans le centre de séjour surveillé de Saint-Paul d’Éyjeaux (Haute-Vienne). Le 23 octobre, transféré à Saint-Sulpice la Pointe (Tarn). Puis le 31 juillet, remis aux autorités allemandes, il est déporté, arrive le 6 août au camp de Buchenwald, transféré au camp de Walbeck, il sera libéré par les américains le 12 avril 1945.
L’armée allemande fait main basse sur tous les métaux non ferreux. Le buste de THOLLON en bronze est enlevé pour la refonte.

Le 26 mai 1943, deux fils de Baptiste Tenand sont accusés d’avoir volé deux porcs qui s’étaient échappés de leurs enclos. Une visite domiciliaire a lieu chez Baptiste Tenand. Les gendarmes découvrent un révolver d’armée, modèle 1892 de calibre 8 m/m en état de marche, sans munition. Tenand est en infraction avec la loi, il aurait dû en faire dépôt à la mairie, suivant l’arrêté du Préfet de l’Ain en date du 10 décembre 1942. Baptiste est inculpé de détention illicite d’arme à feu, la procédure est instruite à Belley, puis l’affaire est jugée à Lyon par le Tribunal Spécial, il est condamné à 1 an de prison avec sursis.

Pour commémorer le 11 novembre, manifestation interdite par Vichy, la résistance lance un mot d’ordre à tous ses membres et sympathisants afin que toutes les communes du département honorent cette manifestation. La gerbe se trouve chez François Beau, habitant prés du monument. Le groupe de manifestant décide de confier le dépôt de gerbe à un gendarme en tenue, ancien de la guerre de 14/18, s’assurant ainsi sa complicité. La résistance veut aussi déposer une gerbe à la mémoire de l’équipage d’un bombardier allié, en mission vers l’Italie, à l’endroit où il s’est écrasé. Les frères Tenand Henri et Élie du Mollard, se rendent à Saint-Germain , hameau d’Ambérieu en Bugey, accompagnés de René Pollet, habitant ce village. Ils déposent une gerbe de fleurs, malgré la présence d’une unité de la douane allemande au château des Echelles.

Joseph Clerc, "Plaucheron", membre de l’A.S. d’Ambronay, est employé par l’entreprise de maçonnerie, Morel de Nantua. Le 14 décembre 1943, jour de la rafle à Nantua, il est arrêté sur son lieu de travail, bien qu’il n’habite pas cette localité. Il est transféré à Compiègne, puis dirigé au camp de concentration de Buchenwald, transféré au camp de Flossenbourg, il décède le 27 septembre 1944.

☝︎

1944

chateau de Saint GrasAu début de l’année, une unité allemande s'installe à Ambronay, au château de Saint-Graz. Ces soldats viennent d’Istres, ils font partie de la 2éme compagnie, III bataillon du 63éme Flieger-Régiment ( Régiment aviateur).En fait c’est une compagnie affectée à la formation de cadres. Elle est commandée par le capitaine Wilhem BAST, né le 16 novembre 1897 à Volpriehausen, ancien de la guerre 1914-1918. Photo prise à Istres pour Noël juste, avant leur départ pour Ambronay.- Photo : Helmut Panzer transmis à Fabien Tenand

En janvier 1944, "Romans" chef des Maquis et de l'A.S de l'Ain, pour éviter une trop grande concentration de camp sur Hotonnes donne l'ordre à Nicole d'évacuer la ferme des Combettes et de s'installer à la ferme de Marchat, sur la commune d'Evosges, mais prés de Résinand.

Début février l’armée allemande, accompagnée par la milice Française, lance une opération de grande envergure pour attaquer le maquis de l’Ain, installé dans le Bugey. Elle a pour nom de code, Opération Caporal. Le 5 février, Les camps du Maquis sont attaqués, de nombreux villages sont investis, suivis d’arrestations, exécutions et maisons brûlées. Mais l’hiver s’est invité, la neige recouvre tout le département, paralysant l’armée allemande. Le camp Nicole est attaqué par surprise, mais résiste avec vigueur et parvient à décrocher, 3 des leurs sont abattus, 3 autres faits prisonniers sont en suite abattus. Nicole absent, les hommes interprètent mal les consignes "d'éclatement". Les hommes errent dans la forêt, complètement désorientés face à l’hiver rigoureux qui s’est installé.  Un certain nombre de maquisards se dispersent et rejoignent leur famille, Jean Zwinger chef de groupe des Polonais errent et se cachent dans les bois. Georges Tosi les retrouve et les guide jusqu'à Epierre, où ils se réfugient.  Ils souffrent de graves gelures. Marcel Durand enmène un groupe de maquisards chez son père. André Servoz a les pieds gelés, il devra être amputé de plusieurs orteils et sera soigné chez Fleurine Durand. Quinson Honoré héberge Tosi, Baptiste Tenand recueille Pierre Boineau au Molard, la famille Pollet d'Ambérieu prend en charge Linsolas . 

Les allemands quittent le secteur d'Ambérieu le 9 février.

Plus d'info...Témoignage de Alexis Cierniewski, polonais du camp Nicole. 

De nombreux paysans, ruraux, viennent à leur secours. Une collecte est organisée par la famille Mange, Tenand, mais aussi à Douvres chez Honoré Quinson, Paul Rabachon, Aymé Bellaton, le Gros Durand : la nourriture est stockée chez lui.

Au mois de mars AUGÉ (Gaston Gambier) est chargé de réorganiser les A S et camps du maquis dans le secteur. Il est secondé à Ambronay par Raymond Deshuelles et à Douvres par Le gros Durand. Et c’est dans cette commune que naitra la Compagnie LE BUGEY . Pour la plupart se sont les anciens maquisards du camp Nicole, commandé par Nicole, dont certains ont participé au défilé du 11 novembre 1943. Venant de Normandie, Marseille, il y a aussi des Polonais et Yougoslaves déserteurs de l’armée allemande. Mais aussi des locaux comme les frères Tenand Élie, Louis et Henri, Marcel Durand. Ces derniers connaissent parfaitement les lieux et sont des guides précieux pour la Compagnie Le Bugey. Ils installent leur camp au petit Morimont, à l’est de Douvres. (A cet endroit quelque vingtaine d’années après, la famille Mancuso installera ses cabanes pour la fabrication du charbon de bois.)

Photo 2 Cie Le Bugey Nicole SUPERSur la photo: en Ht de G à Dr Pierre Boineau, Aimé Baudran, Maurice Nicole, Paul Linsolas  Élie Tenand, Maurice Nicole. En bas de G.à Dr: Paul Sartory, Elie Tenand

Les résistants de Douvres avec la famille Tenand au Mollard apportent tous le soutien nécessaire et utile à la compagnie. Nourriture, soins aux malades, messages. Alfred Tenand guide de nombreuses personnes au camp. Leur va et vient n’est pas repéré, car prés des Allymes, au lieu dit La Forêt, se trouve un chantier de charbonnage de bois (charbon destiné à la famille BOUTHOUX, fabriquant de produits pharmaceutiques à Villefrance sur Saône) dirigé par le Gros Durand. Ainsi, les allées et venues de ces résistants passent inaperçues. Puis le camp s’installe un peu plus haut, au lieu dit La Tappière, dit la Tapie, au dessus de la source, fontaine Froide. (C’est dans ce secteur que l’Hermite de Saint Barnard d’Ambronay, se retira et construisit une chapelle)

Photo 3 Cie Le Bugey SITE SITESur le photo: Paul Linsolas, Georges Tosi, Louis Tenand, Henri Tenand, Pierre Boineau, André Servoz, Paul Sartory

Les maquisards cantonnent dans des cabanes en buis. Ils sont bien équipés en armes, munitions, explosifs, qui viennent d’un parachutage, entreposés à Douvres. Ils effectuent de nombreuses opérations de sabotage sur la voie ferrée d’Ambérieu en Bugey à Bourg en Bresse, entre Ambronay et Pont d’Ain. Ils ont une chanson, sur l’air de « Ces mauvais garçons ».

Un après midi, un groupe de maquisards se trouve chez Baptiste, Nicole Pierrot, Élie et d’autres. Ils se restaurent, les armes sous la table, quand ils aperçoivent trois soldats allemands, venant du château de Saint-Gras. Ils se saisissent de leurs armes, déjà prêt à tirer, Baptiste Tenand intervient et les calme, évitant le pire. Il envoie sa femme et une de ses filles au devant d'eux pour se renseigner. Les Allemands veulent simplement acheter des œufs qu'ils paient. Ouf!

Le 6 juin, des messagers arrivent d’Ambérieu en Bugey . Ils viennent à Douvres, chez le Gros Durand pour l’informer que son A.S. est mobilisée cette nuit pour une opération de sabotage. Elle a lieu cette nuit, au centre ferroviaire d’Ambérieu en Bugey. Son rôle est d'assurer à distance la protection de cette opération compte tenu de la présence d'unités allemandes, stationnant au château de Saint-Gras, au Château des Échelles et au camp d’aviation. Ces unités pourraient être appelées en renfort. Une autre mission est confiée à la Cie Le Bugey: neutraliser tous les moyens de communication de la ville et d' actionner, la sirène annonçant un bombardement. Une section se rend à pied dans la nuit du 6 au 7 juin. Elle occupe la route principale reliant la ville d’Ambérieu en Bugey au quartier de la gare. Son rôle est de controler toute intervention des allemands logés au château des Echelles et de Saint-Gras. Elle neutralise le commissariat, investit le bureau de poste et télécommunication, coupe les fils de téléphone.

Et à 1 heure la sirène (déclenchée par la Résistance) retentit, l’opération de sabotage est lancée, 52 locomotives sont hors d’usage, une plaque tournante endommagée et de nombreuses machines outils sont détériorées. L’A S de Douvres est en arrière, en protection. Quand les premières charges commencent à exploser, la compagnie le Bugey regagne son camp en chantant « Le Maquis ». Avec elle, deux G.M.R. (Groupement Mobile Républicain) qui se trouvaient au commissariat, les rejoignent.

Rapport du commissaire de Police d’Ambérieu en Bugey(Source Archive Départemental Ain).

A la suite du débarquement de Normandie, le plan vert est mis en place le 8 juin. Branle-bas de combat à Ambronay, sous l’impulsion de Deshuelles, les jeunes contactés, sont appelés à partir au maquis. Ils ont rendez vous sur la petite place des Terreaux (aujourd’hui Place du Maquis) puis se rendent au village du Bellaton. Là de nombreuses armes, entreposées leur sont distribuées, ce sont 90 jeunes d’Ambronay, du canton d’Ambérieu en Bugey et voisins. Cette formation prendra le nom de Compagnie Florent, nom du maquis de Déshuelles. A cette occasion le groupement Sud est organisé en trois sous groupements. Pour le secteur ce sera le sous groupement AUGÉ, commandé par Gaston Gambier, qui va installer son P C à Corlier. Dans le « bataillon » AUGÉ figure les compagnies Florent, Le Bugey avec l’A S de Douvres.

Les Allemands apprenant le départ des jeunes d’Ambronay au maquis, encerclent la ville, ils arrêtent des habitants, le Maire François Ribot est conduit au château de Saint-Gras. Les allemands menacent de faire fusiller les otages et de bruler Ambronay. Le curé Berthelon apprenant cette situation se dirige chez les Allemands, auprès du capitaine BAST. Le curé est un ancien de la guerre de 14-18, tout comme Bast, il a été prisonnier et parle un peu l'allemand. Il explique que les personnes arrêtées ne sont que des braves habitants et que si elles doivent être fusillées, il se propose à leur place, car il est responsable de ses paroissiens. Elles seront libérées ainsi que le Maire.

Sur tout le secteur haut du Bugey et à Nantua est proclamée la IV République. Le maquis occupe tout ce secteur. Et des barrages sont installés sur toutes les routes.

Le 11 juin la compagnie le Bugey reçoit l’ordre d’occupée, l’Abergement de Varey et le haut de la commune d’Ambronay et d'établir des barrages routiers. Un groupe se fixe sur la route de Dalivoy, un autre sur la route de Côte Savin à l’Abergement de Varey. Une section est sur la route de Merland à l’Abergement de Varey. Le groupe Élie Tenand est à la sortie du village de Merland en direction de Salaport, aidé par des habitants du village, ils abattent des arbres pour barrer la route. Élie et Zwinger sont sur le talus derrière une haie, en surveillance en amont du barrage. Survient une voiture d’officiers allemands venant du château de Saint-Gras, où ils sont installés. Les Sten crépitent, Le capitaine Bast et Swinger sont blessés un des officiers allemands est tué. (Témoignage audio, d’Élie Tenand du 29 novembre 2004)

Les maquisards effectuent des opérations de ravitaillement. Dans la nuit du 20 au 21 juin, une section de la Cie Le Bugey a pour objectif, la fruitière d’Ambronay,. Le processus est invariable: les fils téléphoniques sont coupés. Les hommes se divisent en trois groupes, le 1er va réquisitionner des cultivateurs avec leurs attelages, le 2ème réveille un habitant et l’emmène à son dépôt de carburant, et réquisitionne le précieux carburant. Le 3ème réveille le fromager et lui demande d’ouvrir la fruitière. Ils invitent les cultivateurs à les accompagner pour être témoins de leurs prélèvements: 8 pains de gruyères de 30 à 40 Kgs et 4 Kgs de beurre. Quant à l’argent, il n’y touche pas. Le tout est emmené à leur camp à Nivollet. La même Cie, dans la nuit du 1er au 2 juillet, effectue une opération de ravitaillement au Mollard et à Douvres. Ils réquisitionnent des génisses, veaux, moutons. Ils indiquent qu’ils seront payés plus tard au prix de la taxe (prix fixé par catégorie d’animaux et servant de base pour estimer la valeur d’un animal réquisitionné par les autorités Françaises). Un cultivateur, plus récalcitrant, voyant qu’il n’échappera pas à l’enlèvement d’une de ses bêtes, propose Blanchette (la plus vieille de ses vaches). Un maquisard lui dit: "on va prendre Mignonne" (la plus jeune). Le cultivateur surpris, lui répond ; " t’as l’air de bien connaitre mes vaches " !

Le 23 août, les allemands quittent la région d’Ambérieu, le maquis investit le secteur.

Le 25 août, Jean FEVRE , un jeune d’Ambronay, croise sur le chemin menant à la gare, Roger Ajoux qui se rend à vélo à Ambronay. Roger l'engage à rejoindre la compagnie Florent qui regroupe les jeunes d’Ambronay , elle est cantonnée à Priay. Jean hésite à cause de son handicap, ( il n’a pas effectué de service militaire et a été déclaré inapte aux Chantiers de Jeunesse pour claudication). Il intègre finalement un groupe de F.F.I. (bataillon F U J) qui se trouve prés de Plagne (Ain). Son nom du maquis est Titin. Le 1er septembre il participe à la bataille de Méximieux, l'engagement fait rage entre les américains, F.F.I. et les allemands. Lors du combat, ne pouvant résister, les F.F.I. doivent se replier, un F.F.I. est blessé, Jean reste auprès de son camarade. Jean Fevre et d'autres sont faits prisonniers puis déportés au camp de Mauthausen. Jean Fevre décèdera le 19 mars 1945.

Le 28 août, le commandant AUGÉ installe son P C dans la ville d’Ambronay. La Cie Le Bugey est divisée en deux : une partie cantonne dans le camp militaire d’Ambronay à la Station-Magazin et l’autre à Coutelieu sur la route nationale 84.

Le 31 août, un messager venant d’Ambérieu en Bugey arrive au camp des F.F.I. à la Station-Magazin. L'’ordre est d'établir un barrage sur la nationale 84 à la sortie de Pont-D’ain. Il faut empêcher les Allemands de traverser le pont pour leur barrer la route d'Ambérieu. Une section est envoyée, commandée par Rauch et prend position vers Pont-Rompu. Un bruit fracassant surprend les résistants, ce sont les chenilles d'un char qu'ils voient s’avancer sur le pont. L'équipage aperçoit le barrage, tire quelques obus et mitraille. Rauch Charles et son fils Roger sont blessés. Le char reste en position sur le pont, puis se retire quelques instants plus tard. Ils entendent un grand bruit. Le pont vient de sauter. Les Allemands ne cherchaient pas à se diriger vers Ambérieu, mais plutôt à assurer leur retraite

Photo 4Le 1er septembre arrive dans la grande rue d’Ambronay le 1er Américain, cet événement, immortalisé par cette photo.

 Rv US super IMG 0001 Rencontre entre les Américains et les F F I de la Compagnie Florent. Photo prise à Villette sur Ain à la croix sur l’ancienne route N 84. Photo de Mme Belzic née Morrier transmis à Fabien Tenand

Le département de l’Ain est libéré le 5 septembre. De nombreux allemands isolés trainent, le 7 septembre, des soldats sont signalés dans une ferme à Gévrieux, au lieu-dit, Moulin Vaquant. A l’arrivée des F.F.I., Ils se rendent sans résistance, sans combattre. Ils sont sept. Le 9 septembre le groupe de F.F.I. arrive à Ambronay en voiture et camion, avec leurs prisonniers. Ils se dirigent dans le parc du château, actuellement la mairie. La plupart d’entre eux sont très jeunes, certains n’ont pas 18 ans. Ces hommes font parties du Rekruten Kompagnie Flieger Errsatz Bataillon VII. Unités composés de jeunes recrues servant à palier le nombre important de perte que l’armée allemande subit.

Deux prisonniers descendus du camion sont fusillés et enterrés sur place, un autre est fusillé à Douvres , un à Saint Maurice de Rémens, deux à Chatillon la Palud, et le dernier à Priay. (Les corps de ces soldats reposent, aujourd’hui au cimetière militaire Allemand de Dagneux –Ain)

Le 10 septembre 1944 lors de son retour de mission, vers 16 heures, un P 47 Thunderbolt du GC ¼« Navarre » basé à Ambérieu s’écrase au sol dans les bois de Pierrefeu sur la commune d’Ambronay. Le pilote, le sergent-chef LE BRUN a sauté en parachute, mais celui-ci s’est mis en torche. Le pilote s’écrase au sol. Les derniers jours de la Compagnie Le Bugey à Coutelieu, hameau d’Ambronay

MOTO SITE SERVOZ BOINEAU 2 MANGEAndré Servoz, Pierre Boineau, Maruis Mange, Louis Mange
Photos Tenand Fabien transmit par Pierre Boineau


Photo 7 F F I Coutelieu SUPER MANGE Marius Mange, Pierre Boineau, Alexandre Butlewski
 Photos Tenand Fabien transmit par Pierre Boineau

 

 La compagnie Florent composée de nombreux jeunes d’Ambronay et des environs à dénombré 7 tués :

  • GUILLOUD Marc 9 juin
  • TRUCHON Claude de St Maurice de Rémens 9 juin à Gévrieux
  • BIDAL Henri de Saint Jean le Vieux 12 juin sous Chenavel ( voir date )
  • GALLET Philippe d’Ambérieu en Bugey 1 septembre (Bataille de Méximieux)
  • GROS Georges de Gévrieux 1 septembre id
  • MARTIN Jean-Marie (Niévre) 1 septembre id
  • PILLAN René d’Ambronay 1septembre id
  • RAVAIOLY Albel de Saint Maurice de Rémens 1 septembre id

A la dissolution des compagnies Le Bugey et Florent de nombreux hommes continueront la lutte, en s’engageant dans l’armée des Alpes (99 R.I.A)

Par arrêté préfectoral en date du 11 octobre 1944, sur la proposition du C.D.L. (Comité Départemental de Libération) est prononcée la dissolution du conseil municipal. Un comité de libération est chargé d’exercer les fonctions du conseil municipal. Le conseil municipal élu avant le 1er septembre 1939 est maintenu dans ses fonctions. Afin de complété le conseil municipal sont délégués provisoirement Léty Victor et Blanchet Jules. Blanchet Jules est membre du C.D.L. . L’ancien Maire Ribot François devient Président du C.D.L. et GUILLON Francisque l’adjoint devient Vice-Président.

Dans les années 1952-1954, des résistants du secteur Ambérieu en Bugey, Corlier et Cerdon, organisent une réunion, suivie d’un banquet à Ambronay. (Voir liste) « Recherche toutes informations sur cette photo prise par le journal « le Progrès » Le nom de résistants manquant, la date et l’événement qui a justifié cette photo..                                         Photo: Mme Simone Perdrix Ambronay.

 Résistant Ambronay

 ☝︎

Plus dans cette catégorie : « Nantua Aranc »