André Guipet « Francis » est militant communiste et agriculteur à Mouthier en Bresse. Il diffuse l’Humanité clandestine et réussit une série de sabotage sur la ligne ferroviaire Dole-Chalon. Il se réfugie à Cluny le 19 mai 1943, jour où les gendarmes viennent l’arrêter. Il est dirigé vers un maquis. Là-bas des amitiés se nouent et huit maquisards reviennent en juillet 1943 et envisagent de créer un maquis localement.

Ce groupe Francis est constitué de : deux militants communistes, André Guipet et Jean Barbier, deux ouvriers lyonnais, membres des MUR, et d’autres réfractaires. Il s’installe dans la forêt à proximité de Fontainebrux, dans le bois des Vernes .

Francis en connaît les moindres sentiers. C’est Paul Buatois, agriculteur à Frangy qui lui indique l’endroit, prés d’une ferme abandonnée qui possède un point d’eau. La complicité alentour dont Francis bénéficie est une des raisons de l’implantation du camp.

La ferme du père Broult, proche sert :

  • de point de ralliement,

  • de base de ravitaillement,

  • de centre de soins : visite du Dr Perrodin de Bletterans, opération par le Dr Jean Michel, sans anesthésie, du blessé par balle Louis Bertin,

  • de centre de « renseignements » : écoute de la BBC, alertes..

Les sabotages reprennent dès le mois d’aout 1943. (13 opérations entre aout et janvier 1944, tel le fameux train de permissionnaires allemands le 22 septembre).

Le Maquis FTP Francis en juillet 1943 est le premier maquis combattant du Jura, c’est un maquis combattant. Il prend le nom de Camp GAMBETTA en février 1944. Il forme en juillet 44 le bataillon PIERRE SEMARD, lorsqu’un autre maquis, dirigé par Jean Gautheron vient s’installer prés d’eux, à Bletterans, le 20 juillet 1944. (voir Maquis Liberté)