Romans réorganise les camps après les opérations de février 44.

Chougeat installé là depuis prés d’un an, est déplacé, devenu trop lourd il est scindé en deux unités de 50 hommes chacune.

- le Groupe Franc Paris, dont le chef est André Parisot, Paris. Très mobile, ce G.F. nomadise autour d’Arinthod.

- le camp Rolland dirigé par Laurent Appriou, Roland, est renforcé d’éléments issus du camp de triage de la ferme du Mont et du camp de Granges. Le camp Rolland s’installe non loin de Belleydoux.

Le G.F. Paris est d'abord commandé par un ancien G.M.R. (Garde Mobile de Réserve)le maréchal des logis chef André Parisot affecté en décembre 1943 à Nantua, Montréal, Oyonnax pour des opérations contre les Maquis de l'Ain.

Ce militaire conscient de s'être égaré, décide de passer à la Résistance avec des hommes, des armes et des véhicules.

Son plan ayant été éventé, il fuit et rejoint seul le camp de Chougeat. Là, il déploie une très grande activité faisant profiter ses camarades de ses connaissances militaires. Il occupe des cantonnements provisoires à la limite de l' Ain et du Jura dans la région d'Arinthod et du Revermont.

En août 1943, arrive à Chougeat, Roger-Joseph Werner « Haller », alsacien, ancien « Malgré nous » , enrôlé de force dans la Wehrmacht, envoyé sur le front russe. Il s'est échappé à Ambérieu en Bugey, en août 1943, d'un train de l' Afrika Korps l'emenant en Lybie. Dans la cité Bugiste, Roger Werner est recueilli par Marcel Démia, chef de l'Armée Secrète (A.S.) du secteur. Il est dirigé sur le Camp de Chougeat, où il est rapidement responsable d'un groupe.

Lorsqu'en mars 1944, les G.M.R. attaquent sans succès les camps de la haute vallée de l' Ain, André Parisot « Paris » prend la tête d'un Groupe Franc, avec comme adjoint Roger Werner.
Lors de l’Opération Frühling « Paris » est arrêté le 9 avril 1944. Son ancienne appartenance au G.M.R. est découverte, torturé il est incardéré à Montluc puis disparaît. Il n’a pas parlé car il n’y a eu aucune représailles.

Roger Haller, Werner lui succède à la tête du G.F. avec pour adjoint Roger Soudan de Port, désormais nommé Groupe Franc Werner.

Le G.F. Werner participe à des combats dans le secteur de Thoirette en avril 44 lors de l’Opération Frühling.

En mai, il s’accroche avec des Allemands à Coligny.

Sa activité essentielle au printemps est le sabotage ferroviaire.

groupe Werner Meillonnas  Dans la nuit du 7 au 8 juin, le G.F. Werner participe aux cotés du G.F. Pesce et du camp Jo, au sabotage de 38 locomotives en gare de Bourg.
Le G.F. Werner participe à la bataillle de Moulin des ponts, le 14 juin avec le G.F. Pesce et la 8ème compagnie FTP (Francs-tireurs partisans), où ils attaquent un train blindé et ripostent à une colonne allemande venue par la route.

Fin juin, Le groupe franc Werner a pour mission de monter des embuscades dans le secteur de Jasseron et du col de France. Il multiplie les sabotages sur la voie ferrée Bourg-Lons.

Lors de l’Opération Treffenfeld, le G.F. se replie sur le Crêt de Chalam.

En août, toujours actif, il participe à l’encerclement de Bourg, libéré le 4 septembre 1944.