Ce sujet sera présenté sur une carte interactive prochainement

Pour éviter à l'armée des Alpes d'être prise entre deux feux, le commandement français organise une ligne de résistance sur le Rhône.
Le 15 juin, à 8h, le général Cartier, qui prend le commandement d'un groupe Dauphiné-Savoie créé à cet effet, réunit à Chambery, les chefs des subdivisions territoriales de Bourg, Grenoble et Chambery pour organiser la première ligne de défense, soit un front de 130 km.

Le secteur EST

est sous les ordres du général Clarion. Il doit interdire le cours du Rhône de Culoz à Saint-Didier-D'Aoste, préparer et assurer la défense du Guiers, barrer la ligne sur les montagnes du Chat-Epine et de l'Epine-Les Echelles- montagne du Granier. Il doit tenir un front de 32 km sans armes lourdes,  avec un Etat-major réduit, des troupes constituées pour 2/3 de nouvelles recrues, qui plus est, avec un encadrement incomplet, des officiers ne connaissant pas leurs hommes.

Le 19 juin, un détachement du DI 143 de Bourgoin, dépendant du commandant Chazalet, la 11ème compagnie de marche se répartit  entre Saint-Béron et Saint-Genix, gardant les ponts du Guiers.

Le 19 juin, un détachement du DI 143 de Bourgoin,  la demi-compagnie de marche du 143 ème Régiment de Réserve (capitaine Bozonnet) participe à la garde des ponts sur le Rhône: Culoz, Lucey, Grésin, Saint-Didier.

Le secteur Centre,

sous les ordres du colonel de Bissy, assisté du commandant Chazalet, va d"Aoste à Lagnieu mais défend aussi les ponts d'Aoste et Brégnier. Il installe son P.C. à Morestel le 16 juin. Les troupes du colonel de Bissy sont aussi de valeurs inégales, le nombre peut faire illusion mais la qualité est relative. La meilleure unité est le 3ème bataillon du 25ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais, sous les ordres du chef de bataillon Letang en position à Vertrieu. Les autres soldats sont des "récupérés" ou jeunes recrues, munis d'armes anciennes, pas d'antichar valable, pas de T.S.F., donc obligés de tirer à vue.

Le 19 juin, un détachement du DI 143 de Bourgoin, dépendant du commandant Chazalet sont constituées: la 11ème compagnie arrive à Morestel venant de Ponchara. Trois batteries de 3 pièces de 75 du COAA de Valence sont à Vertrieu avec le colonel Mialin, une section de chars de trois unités avec le lieutenant Salle sont à Morestel.

Le secteur Ouest, 

sous les ordres du colonel Héricourt va du pont de Lagnieu à Lyon. Il dispose d'unités issues de réserves régionales: le 1er bataillon du 143ème Régiment de Réserve de Bourgoin qui met sous les armes trois compagnies de fusilleras-voltigeurs, deux sections de 65 M porté, deux sections de chars, un peloton motocycliste. Son P.C. est à la gendarmerie de la Verpillère.

 

A Sault Brénaz, dès le 15 juin, une compagnie du 4ème Génie a miné le pont et organisé la défense du secteur, avec l'aide des tirailleurs de la 11ème compagnie du capitaine Raymond. 2 barrages antichars sont aménagés: un à l'entrée du pont, l'autre au milieu.
Le dimanche 16 juin, les hommes valides du village sont requis pour creuser des tranchées le long du Rhône et du canal de l'écluse. A partir de 11h, un flot de civils en voitures, d'éléments militaires, de jeunes à bicyclette…fuient devant l'avancée allemande. La garde territoriale qui surveille usines et points sensibles, assure la circulation pour évier les embouteillages de la RN 75 et des routes vers Villebois et Serrières.
Le 19 juin dès 8h30, 3 compagnies du bataillon Gallien ont passé le pont. Les habitants de Lagnieu qui habitent la rive gauche qui veulent fuir ont la désagréable surprise de constater que les planchers du tablier du pont de Lagnieu ont été enlevés, pour empêcher toute traversée. Il leur faut donc passer par le pont de Sault-Brénaz. Les habitants de Sault fuient dans la montagne.

Le 17 juin, à Bourg en Bresse: Ordre est donné de défendre la ville pendant 24 heures. Le commandant Gallien récupère quelques éléments mobilisables du dépôt 145a. Il dispose de 3 compagnies marocaines, 2 sections de mitrailleuses et la 12ème compagnie du 145ème RRbis. 3 bataillons de marche sont formés avec chacun 3 compagnies de fusiller-voltigeurs et 3 sections de mitrailleuses. Chaque bataillon a charge de tenir un secteur de la ville. Le 18 Lyon étant déclarée "ville ouverte", le général Cartier dès 9h30 donne l'ordre de repli au sud du Rhône. Les troupes françaises se retirent de Bourg en fin de soirée et traversent le Rhône à Sault-Brénaz le soir même par la RN 75.

Le 17 juin aux Abrets, le général Cartier, qui a  établi son P.C. chez le baron Angleys, donne à 10h l'ordre d'interdire à toute circulation sur tous les ponts.

Le 18 juin Lyon est déclaré "ville ouverte", offrant tous les ponts permettant aux Allemands de se lancer rapidement en direction de Bourgoin.

Plus d'info

Aux Abrets, le général Cartier dès 9h30 le 18 juin, donne l'ordre de détruire tous les bacs entre Jonage et Loyettes. Le pont de Loyettes saute à 9h35, ce qui renvoie le trafic sur les ponts déjà saturés de Sault-Brénaz et Cordon.
Les ponts sur le Rhône ont été détruits jusqu'à Sault-Brenaz (dont celui du chemin de fer PLM Ambérieu-Villebois-Montalieu) à l'exception du pont de Brégnier-Cordon, des ponts rail et route de Culoz.

A 13h, à Sault Brénaz, un dernier camion "scorpion" du 1er groupe du 35ème d'aviation transportant armes et munitions traverse le pont. La RN est alors complètement obstruée par des pierres et camions chargés de pierres.

Le 22, les Allemands pourront malheureusement récupérer à Culoz le pont de la Loi intact, ce qui leur ouvrira la route vers Aix-les-Bains.

Le pont de Grésin est détruit, on lui substitue une passerelle qui sera incendiée par la Résistance en 1943.

La passerelle d’Essertoux est coupée.

Le pont de Lucey, le 20 juin 1940, l'armée française dynamite le pont, entraînant la destruction des deux travées et de la culée de la rive droite. La stabilité des trois travées subsistantes s´est trouvée telle qu'il fut possible d'enlever toutes les parties effondrées de l´ancien tablier qui prenaient plus ou moins appui sur la deuxième pile, sans réaliser aucun dispositif complémentaire d´étaiement. Très rapidement, en août 1940, il est fait état du projet de rétablir l'ouvrage dans son état primitif. La reconstruction apparaissait urgente car alors, plus un pont n'existait sur le Rhône sur une quarantaine de kilomètres. Les travaux seront achevés en 1942.

Le 24 juin, le pont de chemin de fer de Longeray est coupé, la pile centrale du viaduc est détruite à l'explosif, le tablier métallique s'effondre ce qui stoppe tout trafic ferroviaire. Afin de remettre en service la ligne, la SNCF qui est propriétaire de la ligne depuis 1937, décide de reconstruire le viaduc. Le projet prévoit de réutiliser les anciennes fondations en construisant trois grands arcs et en remplaçant la dernière travée par des petites arches larges de 15 mètres. Le projet verra le jour à la fin 1940.

 A Bellegarde,le 20 juin, le pont de Coupy, est coupé, les artificiers ont eu "la main lourde" et provoqué des dégats aux habitations. En savoir plus...