La maison d'arrêt avait été édifiée au milieu du XIXème siècle et, désaffectée en 1953. Son architecture était typique d'une prison d'alors : rez-de-chaussée avec son hall central, entouré de cellules ; coursives au premier étage donnant accès à d'autres cellules. Elle avait été utilisée ces dernières décénies comme Maison des Associations : tennis de table et judo. Les Scouts de France occupèrent le logement du gardien, au premier étage avec un accès particulier, jusqu'à l'ouverture du musée à l'été 1985.

Les travaux étaient de deux ordres : la réfection du toit qui incombait à la commune, le reste des travaux et la muséographie qui étaient de notre ressort.

Plus d'infos

Les travaux furent réalisés en 1984 et début 1985.

Je peux vous révéler que dans l'ombre agissait un Monsieur qui, dès lors qu'il avait été acteur des évènements du Maquis et membre d'une association, ne pouvait pas officiellement acter à mes cotés.

Cet homme était René Collet, décédé en 2008.  Arrêté dans la rue lors de la rafle du 14 décembre 1943, il sauta du train en marche, avec une quinzaine d'autres, en passant par une lucarne du wagon à bestiaux qui l'emmenait vers Compiègne. Il rejoignit le Maquis. En septembre 44, pour continuer la lutte, il s'engagea dans le 99ème Régiment d'Infanterie Alpine. Il se disait humblement, "simple  maquisard de base". Il fut à mes cotés, l'Artisan de la création de ce Musée.
Plus d'infos

LA PARTICIPATION DES JEUNES :

En 1984 et printemps 1985, les scolaires furent associés à la création du Musée, entre autre sous la forme de projets d'action éducatif (P.A.E.) :

  • le Lycée de Nantua étudia sous la responsabilité de Mr Serge Carret, professeur d'histoire, la manière de présenter la montée du nazisme,
  • un autre professeur de travail manuel du collège de Nantua encadra des T.U.C. (Travail d'Utilité Collectif) dans la réalisation d'une carte du département de l'Ain en relief, où furent localisés tous les évènements majeurs s'étant déroulés dans l'Ain,
  • le Lycée Arbez Carme d'Oyonnax automatisa, sur cette même carte, la déclinaison des différents thèmes, à l'aide de points lumineux (diodes).
  • le L.E.P. de La Chagne, prés de Bourg, réalisa les travaux de peinture au rez de chaussée. Les élèves prirent leur repas et dormirent au collège, j'en logeais un contingent.
  • le L.E.P. d'Ambérieu réalisa deux grandes vitrines en aluminium de couleur bronze.