Consultez la carte intéractive en cliquant ici

 
Cette carte traite de l'implantation de l'Armée Secrète (A.S.) des camps de Réfractaires et des camps du Maquis dans l'Ain. La partie Jura est en construction. La Résistance s'éveille et s'organise......et fait face à l'invasion de la zone Sud et de la création du S.T.O..

De l'îlot local, aux Mouvements, à Jean Moulin, à l'Armée Secrète (A.S.), aux Réseaux ( B.C.R.A. et S.O.E.).

Dans de nombreuses villes ou villages se créent dès 1940 des îlots de Résistance, autour d'une personnalité charismatique qui recrute localement avec l'idée du refus de la défaite. Le lien peut être, l'affinité, la profession...:jauger les esprits pour agréger les cœurs autour du non à la défaite, non à Vichy. Les mouvements se chargeront de mailler ces îlots de Résistance, en une vaste toile. "Pourquoi s'engager ?" [1'50"]

Les Mouvements

Des 1941 naissent les premiers mouvements de groupes de personnes liés par une volonté de lutter, qui tissent leur toile. Ces militants se regroupent par affinité intellectuelle, ou politique; ils ont un même but: lutter, mais rassembler ceux qui veulent lutter, au delà du simple refus, dans un engagement à temps plein, avec un objectif à plus long terme: l'avenir de la France .

Les trois grands mouvements de la zone Sud sont représentés : par Henry Frenay pour "Combat", Emmanuel d'Astier de la Vigerie pour "Libération" et Jean-Pierre Lévy pour "Franc-Tireur". Chacun va se structurer, leur première action est la propagande sous forme de tracts puis de journaux clandestins qui prendront le nom de leur mouvement. Ils vont recruter au prés des îlots de Résistance que nous avons vu et qui étaient les premières manifestations locales d'une résistance et créer des secteurs autour de chaque îlot. Ainsi se tissent des maillages propres à chacun de ces mouvements qui couvrent le territoire.

Les Mouvements Unis de la Résistance (M.U.R.)

Jean Moulin est préfet de l'Eure et Loir, à Chartres, il se tranche la gorge le 18 juin 1940 au lendemain du discours de Pétain; il refusait de signer un document qu'il jugeait infamant pour la France. "Qui est Jean Moulin ?" [5'30"]
Révoqué le 2 novembre 1940 par les autorités de Vichy, il entre en clandestinité et parcourt la France, il veut faire de la Résistance active, enquête sur le réel potentiel de cet embryon de Résistance.
Il rejoint Londres le 20 octobre 1941, rencontre le Général De Gaulle et lui fait part de son enquête. Il l'exhorte à aider cette Résistance afin qu'à terme, elle puisse constituer une force militaire et politique intérieure, qu'il commanderait lui, Général De Gaulle.
Le Général De Gaulle, fait de Jean Moulin son représentant personnel et le Délégué du comité National Français.
Jean Moulin est parachuté dans les Alpilles le 2 janvier 1942 avec une mission. "Mission de Jean Moulin" [7'10"]

 Cette mission concerne la zone Sud et comporte 3 volets :
- coordonner, puis unir les 3 mouvements, c'est chose faite le 26 janvier 1943 avec la création des Mouvements Unis de la Résistance ou M.U.R.
- extraire et rassembler les forces paramilitaires de chaque mouvement, ce qu'il réalise;  le Général Delestraint Vidéo : [2'30] est nommé le 18 novembre 1942 par le Général De Gaulle, chef national de l'Armée Secrète (A.S.) "Création de l'A.S." [1'20"]
- rencontrer toute personne syndicaliste, politique prête à résister au coté du Général De Gaulle.

Pierre Brossolette, homologue de Jean Moulin pour le zone occupée, recule devant l'hostilité des mouvements de la zone Nord à intégrer les partis politiques dans un grand rassemblement. Jean Moulin revient à la charge selon les ordres du Général De Gaulle. Pierre Brossolette, rappelé retourne à Londres. Moulin, enfin libre poursuit son action et arrive à convaincre les Résistants de la nécessité d'incorporer les partis politiques dans un Conseil de la Résistance. Le Conseil National de la Résistance est créé le 8 mai 1943, il est composé des mouvements de Résistance, de politiques représentant les partis, de syndicalistes.
Cette annonce faite dans la presse à Londres fut un élément qui devait pousser le Général Giraud soutenu par Roosevelt, à se retirer. Vidéo: "Moulin le Rassembleur" [7'10"]

Les Mouvements dans l'Ain, dans le Jura 
                                                                             

Les Réseaux

Ces organismes recrutent comme les mouvements, mais leurs responsables sont à Londres. Ils n'envisagent des actions que sous une forme militaire. Leurs buts est d'amasser un maximum de renseignements sur la logistique des Allemands en France et de saboter les équipements.
Voilà quels sont les rôles du Bureau Central des Renseignements et Actions de La France Libre ou B.C.R.A. , et le "Special Operations Executive" - S.O.E. britannique.

Le climat

Trois évènements vont venir en 3 mois, modifier l'état d'esprit des Français.
- L'invasion de la zone Sud par les allemands le 11 novembre 1942, après le débarquement des Alliés en Afrique du Nord. vidéo: [35"]
- La bataille de Stalingrad, engagée par Von Paulus le 13 septembre 1942, elle se conclue par sa reddition le 2 février 1943. vidéo [5'19"]
- La création du S.T.O. par Pierre Laval le 16 février 1943, après l'échec de la Relève. vidéo: [1']

La création du S.T.O. (Service du Travail Obligatoire) et son refus de la part des jeunes appelés, entraîne une masse de réfractaires qu'il faut cacher d'abord localement, puis regrouper à distance dans la montagne. vidéo: manifestation contre le STO à Oyonnax [1'10'']

Naissance du Maquis

L'Armée Secrète (A.S.) composée de sédentaires va se charger de la logistique nécessaire, pour les abriter, pour les nourrir.
Le nombre grandissant de camps de réfractaires oblige le bureau départemental M.U.R. de l' Ain à rechercher un chef pour encadrer ces camps et les militariser: ce sera Romans-Petit.
Ainsi naissent les Maquis de l'Ain. Naissance du Maquis vidéo: [2"]

Dans le Jura, le refus du S.T.O. pousse aussi les jeunes appelés à se rebeller et se cacher.
Livrés à eux-mêmes, mais soutenus localement par des Résistants sédentaires, ces camps refuges ne perdureront pas au de-là de l'hiver 43/44.
Seuls les camps issus du Service National Périclès, cantonnés dans le Haut-Jura, survivront.
La Résistance dans le Jura fractionnée en 3 entités autonomes: A.S. (Armée Secrète), S.O.E. (réseau anglais) et  F.T.P. (obédience communiste), créent leurs propres groupes qui se consacrent aux sabotages, à la  réception de parachutages........